Archive for septembre, 2012


Nous avions quelques jours disponibles pour nous ces derniers temps, besoin de faire un break avant les concours. Du coup, en me baladant sur Easy Jet, je me rends compte que les avions en direction de la capitale Britanniques sont très bon marché. Ni une, ni deux, l’organisation d’un séjour direction Londres se met doucement en place. Ce sera ma seconde visite des lieux après un voyage scolaire en 3ème et première visite pour Jerem’.

* Transports & Hôtels

Vols

Dans un premier temps nous nous concentrons sur l’organisation des moyens de transport en lien étroit avec celle des hôtels.
Un mois avant le départ, je réserve nos deux Aller-retours direction Londres via Easy Jet. Pour 152€ pour deux avec une valise incluse en soute de 20kg, nous avons un Lyon-London Gatwick et un London Stansted-Lyon. La durée de chaque vol est d’environ d’1h30.

Transferts

Ces deux aéroports étant relativement éloignés du centre de Londres, plusieurs moyens de rejoindre la capitale sont existants. Trains, navette, taxi…
Nous passons par EasyBus le moyen de transport le moins onéreux. Il s’agit de navettes régulières qui relient les aéroports au centre de Londres pour un prix de départ de 2£/p (plus la réservation est effectuée tôt plus le prix est bas). Les navettes sont toutes les demi-heures environ et posent soit en centre ville (proche de Baker Street en Zone 1 ou en zone 2, à quelques arrêts de métro du centre historique de Londres). Il est préférable de prendre une navette qui passe au moins une heure après l’arrivée de l’avion, le temps de faire les démarches douanes et trouver l’arrêt de celles-ci et de pallier à un retard éventuel du vol. Sachant que si vous réservez une navette à 9h par exemple vous pouvez prendre une autre navette jusqu’à une heure avant ou après l’heure de réservation dans la limite de disponibilité des places du bus. Un seul  bagage de soute est autorisé par personne ainsi qu’un bagage à main. Un second entraîne un surcoût. La navette est un minibus, où l’espace disponible est utilisé au maximum. Du coup attention l’espace disponible pour les jambes est fortement réduit. Les grandes personnes devront se mettre sur les sièges donnant sur l’allée pour ne pas être dans une position trop inconfortable (faisant 1m75 mes jambes ne tenaient pas devant moi, je devais les caler dans l’allée). Les sièges sont pas hyper confortables mais les minibus sont en très bon état et les conducteurs très sympas, à donner un coup de main pour sortir les valises ou descendre du minibus.

Sur place

Le réseau londonien de transport est fortement développé. De nombreuses lignes de métros qui s’entrelacent sur trois niveau parfois sur une même station, des centaines de lignes de bus (première fois que je vois un tel défilé de bus au niveau de Picaddilly), des trains, des lignes de bateau sur la Tamise. Comme pour Paris, le réseau est divisé en zones concentriques de 1 la zone autour du centre Ville à la zone 6 la plus éloignée du centre. Les zones 1-2 pratiquent les tarifs les moins élevés de transport, et plus on s’éloigne plus c’est cher. Sur une même journée en semaine vous avez deux tarifs : on peak, en semaine avant 9h30 du matin et off peak après. En toute logique le « on peak » est plus cher que le « off peak » sans parler des transports bien plus blindés avant 9h30.

Bref énormément de choix, et l’offre au niveau des forfaits de transport est tout aussi foisonnante.
Quand vous débarquez à Londres en court séjour, deux solutions, soit vous prenez une Day Travel Card (1 jour off peak 7£, on peak 8,40£ (15£80 pour la zone 1-6) et 7 jours 29£30 pour les zones 1 à 2, jusqu’à 53£ pour la zone 1-6). Les avantages sont que vous pouvez utiliser tous les réseaux sur la zone choisie à volonté. Attention si vous payez une Day Travel Card off Peak par souci d’économie, ne prenez pas l’envie de passer une borne de métro avant 9h30 ça ne s’ouvrirait pas.

Pour ma part j’ai trouvé très pratique dès le départ de prendre une Oyster Card pay as you go. Cette petite carte bleue se prend au niveau des guichets de tous les métros, dans l’Eurostar et aux aéroports. On charge du montant voulu la carte (nous avions mis 30£ pour notre part sur chacune de nos cartes), on rajoute 5£ de caution et l’on paye en fonction de ce que l’on utilise comme transport. La carte huître (Oyster=Huître), permet un rabais d’au moins 50% sur le prix nominal du ticket de métro ou de bus. Un aller simple de métro débitera ainsi 2£ environ au lieu de 4£ (prix du ticket). Certains penseront qu’une journée à arpenter Londres en arpentant énormément le métro débitera la carte à vitesse grand V. Que nenni, l’Oyster card bloque au bout d’un moment. A partir du moment où vous atteignez le montant d’une Day Travel Card (7£ sur la zone 1-2 en off peak) vous ne dépensez plus un centime de plus, le reste s’effectue à l’œil. Le second avantage sympa est que si vous n’avez pas tout dépensé du crédit que vous avez mis sur la carte (sachant que vous pouvez le recharger également si vous vous retrouvez à sec), vous vous présentez à un guichet de métro, rendez la carte et on vous rembourse le crédit restant + la caution de 5£. Tout bénéf’! L’Oyster Card n’ayant pas de fin de validité vous pouvez également la conserver pour le prochain séjour à Londres avec tout le crédit restant dessus. Pour 4 jours, nous aurons au final utilisé 23£50 chacun de transports.
Pour plus d’informations ça se passe ici.

Passons à la partie la plus complexe d’un séjour à Londres… les hôtels !

Hôtels

Londres est une des villes les plus chères d’Europe en terme hôteliers, sans parler de la qualité d’hébergement qui peut être très très très variable.
Tout d’abord, il faut bien avoir en tête que la ville est très étendue. Alors certes vous trouverez des Ibis à 70€ la nuit de bonne qualité, mais en zone 4, voire 5, ce qui d’une augmente le temps de parcours en bus/métro (des fois une heure de métro ça refroidit bien avant les visites) et le coût de ceux-ci. Donc autant dire qu’on a vite abandonné l’idée. Vous trouverez en centre ville trois types de logement. Les hôtels beaux, bien placés, salle de bains privative, chambre grande… mais avec un prix par nuit juste inabordable (sauf si vous avez 300€ à mettre par nuit). Deuxième solution, les auberges de jeunesse, à douze par chambre, toilettes et salle de bains commune à 40€ par personne ou moins. Troisième solution les chambres « taudis » qui sont minuscules (juste de quoi mettre un lit), avec une salle de bains de 2m², au sous sol ou avec une fenêtre donnant sur une rue bruyante.. Le tout pour 100€… Non merci! Bref après des dizaines d’heures passées sur le net à essayer de trouver un bon plan, je débusque sur Booking un système de location de petits appartements en toute proche banlieue (zone 2, à quelques pas du métro, ligne de bus au pied de l’hôtel) du côté d’Abbey Road (vous savez la pochette des Beatles). Moins de 100€ la nuit avec une mini cuisine à disposition dans la chambre, nettoyage de chambre tous les jours… Bref de prime abord un bon plan… A voir sur place 🙂

Les soucis de « métro/dodo » résolus, il était temps de mettre en place un planning de visite..

* Découverte de la ville

Londres est juste une ville immense où il y a des dizaines de choses à faire, et autant dire qu’en quatre jours c’est juste impossible de tout faire. Donc autant sélectionner deux trois points de passage obligés et se laisser guider par nos envies le jour venu.
La période de notre visite se situe à un moment idéal. En effet de Juillet à Septembre, tant soit le Parlement que la Reine et sa suite sont en congés. Du coup il est possible de visiter à la fois Buckingham Palace et les Houses of Parliament (pas gratuitement, faut pas pousser). Les autres endroits mythiques à voir (pour moi) sur Londres sont également la Tour de Londres (et les joyaux de la Couronne) qui m’avait pas mal marqué lors de mon premier voyage, le British Museum et ses momies *_*. Nous programmons donc deux visites payantes dès le départ, car après prise de renseignements, Buckingham Palace m’enchante pas plus que ça : les Houses of Parliament qui ont juste l’air énorme avec un guide francophone (l’audio guide de Buckingham Palace bof quoi) et la Tour de Londres (que je réserve sur expedia pour éviter les frais de banque vu que je paie en €uros).
Par la suite, je monte un mini itinéraire autour de ces trois points de visite (Parlement, Tour de Londres & British Museum) très optimiste qui nous mènerait du quartier de WestMinster et son célèbre Big Ben, les bords de la Tamise avec en point d’orgue le London Eye et le London Bridge, la City, les différents parcs pour rencontrer les affectueux écureuils et les temples du shopping.

* Argent et autres

L’un des hics de Londres est que l’Angleterre a beau faire partie de l’Union Européenne elle ne fait pas partie de l’Euro ni de l’Espace Schengen. Deux conséquences à cela, le contrôle aux frontières comme pour aller aux USA (en moins poussé quand même) dans le cas de la non appartenance à Schengen. Seconde conséquence, le change ! La livre est plus forte que l’Euro, déjà ce n’est pas pour nous avantager (1£=1.25€), ensuite il faut faire du change, et bonne chance pour éviter les frais. Trois solutions : soit vous allez voir votre banque pour qu’elle vous fasse du change mais généralement elle se sert bien, soit vous changez sur place en partant de France avec des €uros, soit vous payez/retirez par CB sur place avec pas mal de frais bancaires et des taux de conversion pas forcément sympa. Pour notre part nous auront fait un mix des deux dernières solutions : partis avec 120€ en espèces, on a changé dans des petits bureaux de changes trouvés sur notre chemin qui prenaient pas de frais et proposaient des conversion intéressantes. Les grosses sommes (hôtels, boutiques…) ont été payées par CB. Finalement on s’en tire pas mal, on a évité pas mal d’engrosser notre banque.

A suivre, le voyage à proprement dit 🙂

PS: n’oubliez pas de voter pour nous ici si vous aimez notre blog !

Publicités

Le Trip Report terminé il est temps de faire un petit bilan de celui-ci.. Notre voyage en chiffre :

– 25 jours sur place

– 6 parcs à thème visités

– 3 parcs d’Etats

– 2 pays visités (USA et Bahamas)

– des milliers de miles parcourus à pied et en voiture

– 3 gallons d’Arizona

– des Fast Food à foison

– des dizaines de rencontres inoubliables

– de nombreux modes de transport (avion, petit train, train à vapeur, bateau, voiture, monorail, à pieds (éternels compagnons), …)

Tous ces souvenirs n’ont pas de prix certes, mais il faut bien avoir conscience qu’un tel voyage occasionne tout de même de bons frais. Pour être honnête nous nous sommes vraiment fait plaisir au niveau des parcs en restau et achat souvenir, nous avons éviter autant que possible les motels miteux, et la croisière c’était juste du luxe.. Donc il aurait été possible de faire moins cher, mais on était là pour profiter…

Les 28 jours nous auront coûté grosse modo tout compris pas loin de 6500€ qui se sont répartis sur les postes de dépenses suivants :

– 10% du budget consacré à la croisière, 10%  à la voiture et 10% aux frais annexes (repas, souvenirs…).

– 15% du budget consacré  aux hôtels et 15% à l’avion

– 35% consacrés au gros bout de notre voyage : les parcs à thèmes

et les 5% peu ou prou aux démarches administratives que sont les passeports et autres ESTA.

Ce qui donne plus précisément ça *tadam*

Autant dire que 8 mois après la fin de nos aventures, cet aspect a été complètement occulté, et ne restent que les bons souvenirs.. Enfin pire que ça… On a qu’une envie… Y retourner !

Après les longues heures de route nous arrivons donc à notre hôtel d’Orlando réservé sur un coup de tête.  Celui-ci se trouve proche de Walt Disney Resort entre autre, et n’est pas trop cher au vu du peu de budget qu’il nous reste…

Howard Johnson Plaza Altamonte Springs – Orlando North ***

booking.com

L’hôtel est relativement calme mais le quartier nous a semblé au final relativement « craignos ». La chambre n’est pas super nette et très défraichie. Bref on en a pour le prix (50€/nuit petit déjeuner inclus) mais pas plus. Le petit déj’ ne casse pas trois pattes à un canard même s’il est autrement plus varié que dans d’autres hôtels. Bref idéal pour dormir mais pas plus..

Points + : rapport qualité/prix

Points – : chambre défraîchie et pas super nette

Note : 6/10

Le soleil se lève sur notre dernière journée « pleine » en Floride. La nostalgie commence déjà à se pointer, retour au point de départ ou presque. Allez on ne se laisse pas abattre, après un petit déj rapidement avalé, nous retournons faire les malls puis sur un coup de tête direction Downtown Disney avec une petite idée derrière la tête.

Nous garons la voiture à Downtown et prenons le premier bus direction…. Disney’s Boardwalk que nous n’avions pas pu faire auparavant. Et qu’est ce que nous avons bien fait…

Après avoir été déposés à l’entrée de Boardwalk, nous franchissons un « mini tunnel » qui passe sous un des superbes hôtels du coin et là nous tombons sur un lieu magnifique, ensoleillé et hyper calme. Boardwalk est composé de quelques boutiques et restaurant et de plusieurs hôtels : les Disney’s BoardWalk Villas, Disney’s Yacht Club Resort et Beach Club Resort. De magnifiques hôtels avec des plages et des aires de repos très agréables. Nous prenons notre repas à la Boardwalk Bakery qui propose des mets très frais et des desserts excellents. Pas donné mais très bon ! On recommande !

Nous faisons une petite ballade digestive (un des chemin mène à EPCOT mais nous ne cédons pas à la tentation de prendre une entrée), puis rebroussons chemin direction la « plage » prendre le soleil.

Nous passons une bonne après midi de détente.

Les heures filent et nous reprenons le bus en toute fin de journée pour récupérer notre voiture direction notre hôtel. Un dernier repas rapidement avalé et viens la corvée des valises (ne pas mettre plus de 23kg/ valise en soute dur dur) et un bilan des achats..

On s’est vraiment fait plaisir bondiou !!! Une fois les valises pliées, direction dodo, le lendemain matin on se lève tôt pour laver la voiture, la poser à Alamo et prendre notre avion direction Atlanta-Paris-Lyon.

Au dernier jour de notre voyage nous nous levons relativement tôt, déjeunons rapidement, chargeons la voiture et courrons la faire nettoyer complètement chez une enseigne du coin.. Nous prenons un nettoyage rapide.. *kof kof* ils sont tellement long qu’on sent la pression monter, manquerait plus qu’on loupe notre vol tiens. Surtout que bon on a juste les contrôles à passer quoi à l’aéroport et vue la galère à l’aller.. On est mal.. Je presse Jerem’ toute les dix minutes pour qu’il aille magner les fesses au bonhomme..

Finalement on nous rend la voiture nette et propre et nous branchons le GPS direction l’aéroport.. Nous sommes au bout de nos efforts.. or not… Nous rendons la voiture à Alamo, prenons nos valises, direction le hall de l’aéroport chargés comme des bœufs, nous soufflons, transpirons à grosses gouttes (normal vu la chaleur).

Arrivés dans le hall, nous trouvons l’aéroport super désert, pas un chat *gros coup de stress* et pas de vol Orlando-Atlanta annoncé… *gasp* On va accoster un agent des lieux qui nous dit qu’on s’est « juste » planté d’aéroport.. Bordwel il y en a pas qu’un à Orlando et on s’est plantés comme des bleus à pas 3h du départ de notre vol… Grosse catastrophe !! La seule solution rapide est de prendre un taxi (ou de relouer une voiture mais bon on va pas risquer de se planter de nouveau et vraiment louper le vol).

Nous en trouvons un devant l’aéroport, qui nous emmène direction l’aéroport international.. Nous avons juste quelques dizaines de kilomètres à refaire en sens inverse (ptaiiiin c’est grand Orlando), (nous suivons la route sur un plan piqué à l’aéroport), les minutes défilent super vite (arrgggggg) tout comme le montant de la course, ça bouchonne sévère.. mais nous arrivons à bon port (enfin aéroport) pas 1h30 avant l’embarquement.

Nous donnons notre CB, sommes délestés de pas loin de 100$ -(tant pis louper un vol serait encore pire), nous nous jetons sur le bureau d’enregistrement juste en face de nous, désert, nos valises sont piles poils au bon poids, nous courrons passer les contrôles tous stressés… Et arrivons à temps après sueurs froides sur sueurs froides pour prendre notre vol *danse de joie*. Je ne sais pas comment on a fait mais on a juste eu un bol phénoménal. Nous arrivons quelques courtes heures plus tard à Atlanta, nous mangeons un petit bout au Panda Express ( Fast Food chinois pas trop dégueu). Après 2h d’attente nous prenons l’Atlanta-Paris de nuit.. Un vrai cauchemar ce vol, juste deux personnes devant nous qui passerons leur nuit à bouger et mettre des coups dans le siège, donc nous fermons pas l’œil du vol. Nous arrivons tels des zombis à Paris. Nous avons à peine une heure de correspondance pour notre Paris-Lyon. Nous subissons d’énièmes contrôles, laissons nos dernières forces dans la courses à l’avion, prenons un minuscule coucou direction Lyon. Nous arrivons à bon port et à l’heure… Mais bon poissards un jour poissards toujours… Nos valises ne nous ont pas suivi.. L’horreur que de voir un tapis tourner et ne jamais voir ses valises arriver… nos cadeauuuxxx T-T.. Nous sommes convoqués au bureau Air France et là une charmante hôtesse nous prévient « juste » qu’elle n’a pas la moindre idée d’où se trouvent nos bagages.. KEUWAHHHH????? On nous prend nos coordonnées pour nous tenir au courant ASAP…. NAAAANNNNNN !!

Nous rentrons chez nous jet lagés à mort, stréssés pour nos valises que nous passons tout le mercredi aprem’ a essayer de tracer… Pas de nouvelles… Les sites internet nous font juste flipper à mort… Valises éventrées, disparues définitivement, voire débarrassées de leurs contenus, bref de quoi bien mettre les chocottes surtout qu’on est quasi sûrs qu’elles sont restées à Charles de Gaulle vue que notre dernière correspondance était super courte (trop?). Finalement nous retrouverons nos valises chéries le lendemain en état nickel, directement amenées à casa… Elles avaient juste voulues visiter un peu plus Charles de Gaulle.

Tout est bien qui finit bien, nous finissons ce voyage rassurés, les images plein la tête, un rêve réalisé…

Ainsi s’achève le récit de notre premier voyage aux Etats-Unis, à venir l’Italie et Londres mais également un bilan financier de ce voyage…

PS: n’oubliez pas de voter pour nous ici si vous aimez notre blog !

%d blogueurs aiment cette page :